Accueil > ASSO & PATRIMOINE > TRAVAUX > NOUS FAISONS CIRCULER NOS TRAINS A VAPEUR ET ENTRETENONS NOS LOCOMOTIVES ET (...) > Conservation d’un savoir-faire indispensable

Conservation d’un savoir-faire indispensable

mercredi 18 février 2009

Le Cercle Ferroviaire et Touristique du Vermandois entretien et remet en état depuis plus de 30 ans du matériel ferroviaire et en particulier des locomotives à vapeur. C’est ainsi qu’elle à procède avec succès, en juillet 2003, à la troisième épreuve décennale de la locomotive 030T3 Fives-Lille. Ses 25 membres actifs, pas tous présents chaque semaine bien sûr, et ses deux employés dont un en CDI et entièrement pris en charge financièrement par les recettes d’exploitation du chemin de fer touristique, représentent une "force de travail hebdomadaire moyenne" de 60 heures environ. Ces bénévoles et salariés ont appris peu à peu la technologie nécessaire et sont également formés à la chauffe et à la conduite par le truchement du chemin de fer touristique. Les meilleurs d’entre eux peuvent participer aux circulations occasionnelles sur les voies principales qui met en valeur le matériel confié. La constance dans les projets, la réalisation d’objectifs réalistes et un management sans surprises complètent la cohésion du groupe.

Au cours de ces 28 années, avec l’aide et le conseil d’anciens du métier, nous avons appréhendé et réglé un certain nombre de problèmes liés directement à la restauration et à l’entretien des locomotives à vapeur, à savoir :
- 1. En ce qui concerne la chaudière :
Retubages, changements de tirants de ciel de foyer, reprise d’étanchéité de pinces de viroles, changement de goujons, reprise de rivets, dépose, visite et repose du collecteur de surchauffe, préparation et passage avec succès d’épreuves décennales, qui ont sanctionné un travail correct et fait dans les règles de l’art. La confection de cendrier et la réfection des plans de grilles - y compris la grille jette-feu - la remise à niveau des organes de protection incendie (grilles, arroseurs) ont été également réglés avec succés sur la 140C314.
- 2. En ce qui concerne le châssis, le roulement et l’embiellage :
Levage complet, vérification châssis, examen du roulement effectués à l’EIMM de Tergnier il y a 6 ans et programmée cette année dans nos locaux à l’aide de vérins ex SNCF du dépôt de Vierzon, récupérés depuis 25 ans et déjà opérationnels pour le levage du 18C428.
- 3. En ce qui concerne les autres organes :
Révision compresseur, pose de distributeurs, reprises d’étanchéité pour le frein ; épreuves de réservoirs d’air, pose d’éclairage électrique et peinture aux couleurs SNCF. Mais aussi travaux de tôlerie simples : remise à neuf des tôles enveloppes de la 030T3, du dessus et de l’intérieur de la caisse à eau et de la soute à charbon sur le 18C428.
- 4. Et, par la force des choses, nous nous sommes intéressés à la pose de voie ferrée et d’appareils :
La seule voie posée à l’origine dans la construction s’est vue tripler et bientôt quadrupler pour les besoins du dépôt par la pose de 4 appareils de voie et de 250 mètres de voies ferrées.

Ces travaux ont également montré la capacité de l’association à mettre en œuvre plusieurs partenaires pour organiser la remise en état de matériel ferroviaire apte à circuler occasionnellement sur les voies principales du Réseau Ferré National : 140C314, rame de 4 voiture Express Nord classées à l’ICMH, voiture restaurant N° 3585 ex C.I.W.L., voiture A5c5 ex PLM qui nous a été confiée par la SNCF.

Ils sont effectués dorénavant dans le cadre d’un bâtiment comportant deux dalles de circulation et deux dalles autoporteuses de levage (capacité théorique de levage de 140 tonnes avec les 4 vérins) de part et d’autre de la voie centrale équipée de la fosse. Cet équipement a été entièrement financé par les collectivités locales, nationales et européennes, qui nous soutiennent dans nos demandes d’investissement, quand l’association n’est pas capable de fournir sur ses fonds propres.

Pour finir avec les moyens et en dehors de ceux de levages de locomotives déjà indiqués, il y a lieu d’évoquer une grue sur pneus, 90 mètres de voies couvertes (potentiellement 135 mètres avec l’ouverture d’une troisième voie), 350 mètres de voies de stockage à l’air libre sur 2 sites (dépôt et RTA), la possibilité de faire des marches d’essai et de rodage sur la ligne adjacente vers Origny-Sainte-Benoîte.